À l'auberge de la vache brumeuse

Projet de configuration de mon environnement Emacs et un peu plus Je te tiens, tu me tiens par la barbichetteeeuu, … Je te file un bout de code, tu me refiles ta fonction. Tiens c’est quoi le paquet dont tu m’as parlé qui déchire ? Le monde du libre est pleines d’histoires comme ça. On s’inspire de la configuration de Bob, on copie/colle la fonction d’Alice, on modifie tel ou tel truc, puis on reverse ça à tout le monde, quand soudain Carl trouve une bien meilleure idée sur les bases de mon travail.

Écrits #2

J’ai envie d’un Jazz qui arrache… Une contrebasse qui claque, une batterie aux rythmes délurés, un saxo rauque qui hurle les sentiments à fleur de peau, un piano aux touches ardentes. Un son qui me sort les tripes à l’air, qui choque mes trops frêles oreilles, éveille une conscience musicale trop longtemps engourdie, réveille une amnésie sonore, m’envoie dans un décor imaginaire où mes rêves n’osent m’emmener, un truc qui lancerai des révolutions, un peu partout, où même les sourds y participeraient, sentant les vibrations, les ondes, les chocs dans tout leurs membres.

Écrits #1

J’ai regardé par la fenêtre la vie passée. De rues immobiles jusqu’au passants volubiles ou solitaires. Une ville grise et bleue. Une ville noire aux néons crasse-oranges. J’ai eu envie de poser des mots sur ce paysage au temps infini, garder en secret ces instants absurdes, mettre à l’encre des sentiments, figer en substance une partie de l’éphémère. Licence Creative Commons by-sa

Le vol avant de n'être

Une idée, comme un mot au bord des lèvres. Une brume de pensées inconnues, quasi-invisibles. Elle est là, tu la tiens presque, au bord de ton esprit. Tu souhaites creuser, ramasser les fleurs, remuer la terre, sortir des perles rares. Sur la falaise, tu lances tes bras maladroits à la recherche de papillons frivoles. Tu cherches. Tes mains se referment sur un vide frustrant. Elles sont presque là ces phrases, prêtes à s’écouler tel un torrent d’encre mielleux sur ces rocs blancs et vierges.